La Corée du Sud étend ses investissements dans les industries vertes et l'infrastructure numérique

Recevez les dernières informations ESG APAC directement dans votre boîte de réception

L'e-mail doit être correctement formaté

Nous contacter
  • Twitter

  • Linkedin

  • La Corée du Sud étend ses investissements dans les industries vertes et l'infrastructure numérique

    Partagez cet article

    La Corée du Sud a récemment renouvelé son initiative New Deal pour incorporer davantage d'investissements dans la technologie numérique et l'énergie verte, comme l'a rapporté le Korea Herald le 14 juillet. Lors d'une allocution télévisée plus tôt dans la journée, le président Moon Jae-in a déclaré que le gouvernement étendrait ses Plan de relance de 160 KRW (139 milliards USD) à 220 KRW (191 milliards USD). L'augmentation des dépenses serait principalement utilisée pour le développement de la technologie blockchain, de l'informatique en nuage, ainsi que des projets d'énergie propre tels que les véhicules à pile à combustible à hydrogène. La nouvelle initiative, intitulée Korean New Deal 2.0, devrait créer 600 000 opportunités d'emploi supplémentaires en plus des 1,9 million d'origine.

    La Corée du Sud a lancé le New Deal l'année dernière alors que le pays se remet de la pandémie de COVID-19. Il impliquait quatre piliers : le Digital New Deal, le Green New Deal, le Human New Deal et le Local New Deal. Alors que les deux derniers se concentraient sur le renforcement de l'emploi et la promotion d'une croissance inclusive, les deux premiers reflétaient la vision à long terme du pays d'une économie numérique et d'une économie respectueuse de l'environnement. Dans le cadre du New Deal 2.0, le gouvernement prévoyait de dépenser environ KRW49tr pour l'infrastructure numérique et un autre KRW61tr pour les industries vertes, contre le plan initial de KRW44.8tr et KRW42.7tr, respectivement.

    Les nouvelles politiques sont arrivées au milieu de l'engagement de la Corée du Sud d'atteindre zéro émission nette d'ici 2050. L'année dernière, le pays avait la septième empreinte carbone nationale au monde et les émissions de gaz à effet de serre (GES) à la croissance la plus rapide parmi les 37 pays de l'Organisation de coopération économique et pays en développement (OCDE). En réponse, le gouvernement coréen a précédemment mis en œuvre certaines mesures réglementaires pour réduire les émissions. Par exemple, il a lancé un système national d'échange de quotas d'émission (ETS) en 2015, qui couvrait 68% des émissions nationales de GES et est devenu le deuxième plus grand ETS au monde. En outre, en 2019, le gouvernement a révélé un plan directeur énergétique qui visait la part d'électricité renouvelable de 20% d'ici 2030, contre seulement 3% en 2017. Alors que le communiqué de presse du gouvernement affirmait que la récente mise à niveau du New Deal était également partiellement basée sur le carbone l'exigence de neutralité, certains ont critiqué le fait que l'initiative manquait d'objectifs explicites, de mesures à prendre et d'engagement communautaire pour réduire les émissions de GES.

    Sources:

    http://www.koreaherald.com/view.php?ud=20210714000760&np=1&mp=1

    https://www.upi.com/Top_News/World-News/2021/07/14/skorea-Korean-New-Deal-Moon-Jae-In-initiative-investement/2721626252358/

    https://english.moef.go.kr/pc/selectTbPressCenterDtl.do?boardCd=N0001&seq=5173

    https://www.undp.org/blogs/south-koreas-green-new-deal-year-transition

    https://www.mdpi.com/2071-1050/12/23/10191

    fr_FRFrançais